Stacks Image 383

Infos


Label:
Impulse ! / Universal

Album:
Mother - Sept 2016

Touring Project
Terramondo
Jacky Terrasson & Stephane Belmondo

Tour Periods
Season 16/17

Territory
Exclusive Worldwide Booking

Download
Presentation
Photos
Videos
Technical Rider


Links
Website
Newsletter
Twitter
Facebook
Video

MOTHER (Français / English Below)

La collaboration entre le pianiste Jacky Terrasson et le trompettiste/bugliste Stéphane Belmondo ne date pas d’hier. Devenus des amis proches lors de leurs débuts à Paris il y a près de trente ans puis au sein du groupe de Dee Dee Bridgewater au milieu des années 90, les deux musiciens ont toujours eu une relation musicale privilégiée. Après s’être un temps perdus de vue, ils renouèrent il y a six ans à l’occasion d’un concert donné en duo dans le sud de la France. Enregistré à l’automne 2015 et en avril dernier au studio Recall dans le village de Pompignan, non loin de Montpellier, « Mother » est l’aboutissement logique de ces retrouvailles.

Alors que « Take This », le dernier album de Jacky Terrasson, sorti chez Impulse! en 2015, faisait la part belle aux boucles, aux rythmes africains, au Fender Rhodes et au hip-hop, « Mother » se distingue par la quiétude et la mélancolie qui émanent de ses quatorze titres. Ce nouvel album comprend des compositions originales, des standards américains de Charlie Haden et de Dave Brubeck, des classiques de la chanson française (comme « La Chanson d’Hélène », tirée du film de Claude Sautet « Les Choses de la vie »), une reprise de Stevie Wonder, ainsi que différents interludes (notamment « Pic Saint-Loup », quarante secondes de pure fantaisie dont le titre fait référence au vin de la région où se trouve le studio Recall, et « Pompignan », un hommage détonnant à la ville qui les a accueillis pour l’enregistrement).
 
« Après avoir enregistré une trentaine de chansons en trois jours, nous nous sommes rendus compte que les ballades sonnaient superbement bien », explique Jacky Terrasson. « Elles avaient une beauté et une atmosphère bien à elles. Quand est venu le moment de choisir les morceaux à conserver pour le disque, on a donc décidé de mettre de côté toutes les titres plus enlevés et de ne garder que les morceaux plus lents afin de donner une atmosphère bien particulière à cet album, à la fois intimiste, romantique et apaisée. « Mother » est fondamentalement un album de ballades ».
 
Au cours des deux dernières années, Jacky Terrasson et Stéphane Belmondo sont repartis en tournée, bien des années après avoir donné leur premier concert en duo. Les deux artistes profitèrent de l’occasion pour développer un son à nul autre pareil, cultiver leur complicité et donner naissance à un univers musical aussi ludique que fascinant.
 
Pour cet album, Jacky Terrasson a apporté le solaire « Hand in Hand » et Stéphane Belmondo le magnifique « Souvenirs ». « Mother » s’ouvre sur « First Song », le morceau poignant de Charlie Haden dont les deux musiciens font ressortir à merveille la beauté mélancolique, et se referme sur une splendide interprétation du célèbre « Que reste-t-il de nos amours » de Léo Chauliac et Charles Trenet, sorti en 1943.
 
« Les interludes ont vu le jour lorsque nous avons décidé, Stéphane et moi, de nous lancer dans des improvisations en nous accordant une liberté totale pour voir ce que ça donnerait », explique le pianiste. « Fun Keys », dont les soubresauts très free introduisent une rupture dans l’atmosphère apaisée du disque, et « Les Valseuses », une approche à la fois malicieuse et volontairement désuète du morceau de Stéphane Grapelli, constituent de parfaites illustrations de cette manière de procéder.
 
La reprise de « You Are the Sunshine of My Life » ne manquera pas de surprendre les fans de Stevie Wonder, les modifications harmoniques que lui font subir les deux musiciens rendant la chanson presque méconnaissable. « C’est toujours pareil avec nous », reconnaît Jacky Terrasson en éclatant de rire « Qu’il s’agisse d’un morceau de Stevie ou de Monk, il faut se l’approprier, sinon quel est l’intérêt ? »
 
Alors que l’album devait au départ s’appeler « Twin Spirit », Jacky Terrasson, Stéphane Belmondo et Jean-Philippe Allard (à la fois co-producteur de l’album et directeur d’Impulse!) ont finalement décidé de le rebaptiser « Mother », d’après le titre de la composition du pianiste figurant sur le disque. La mère de Jacky Terrasson est en effet disparue le 4 juin, peu après que la production de l’album ait été achevée. « Nous avons décidé de lui rendre hommage », explique le pianiste. « J’ai écrit ce morceau il y a un moment et cette version est particulièrement intense. Cette chanson est dédiée à ma mère bien sûr mais plus largement à toutes les mères et à toutes les femmes qui ne peuvent l’être. »
MOTHER (English)

The genesis of the duet partnership of pianist Jacky Terrasson and trumpeter/flugelhornist Stephane Belmondo stretches back 30 years. Close friends from their days living and playing in Paris and then while band mates in vocalist Dee Dee Bridgewater’s groups in the mid-‘90s, the pair enjoyed a simpatico musical relationship. But they lost contact over the years until six years ago when they reconnected and played a duo show in the south of France. That proved to be the seed of their sublime duo album on Impulse, Mother, that was recorded last fall and in April of this year at Recall Studios in the southern France village of Pompignan.

Unlike Terrasson’s last recording, 2015’s Take This on Impulse!, which was fueled by loops, Afro beats, wah-wah Fender Rhodes voicing’s, hip-hop flavors and smart pop, Mother is largely a quiet, reflective and even mournful collection of 14 songs. The set list includes originals, American standards by Charlie Haden and Dave Brubeck, French standards (including the love song “La Chanson d’Hélène” from French cinema), the cover of a hit song by Stevie Wonder, and several short interludes scattered about the album (including the 40-second whimsical “Pic Saint-Loup,” which is the name of the region’s local wine, and the pounce and thunder 54-second tribute to the town).

“We recorded some 30 songs over the course of three days and realized that the ballads sounded great,” Terrasson says. “They had a certain beauty and atmosphere. So we decided to get rid of all the uptempo tunes and give the album a color from beginning to end, an intimate, romantic and relaxed, when we were planning on the selections for the album, which is really an album of ballads.”

After their first duo show many years earlier, Terrasson and Belmondo went on the road over the past two years and developed their sound together, coming up with improvisational gems marked by spirited musical conversations, spot-on harmonies and support for each other’s inventive solo runs. They danced, they mused, and they sparked, creating an atmosphere of pure fun and play.

Terrasson offers his sunny “Hand in Hand” while Belmondo delivers his swinging “Souvenirs.” Mother opens with Haden’s soulful gem “First Song” where the pair lushly bring out the beauty in its melancholy, and the album ends with the two digging deep into the heart of the 1943 French classic, “Que reste-t-il de nos amours” by Léo Chauliac and Charles Trenet (it’s also been recorded as “I Wish You Love” with English lyrics).

“The short tunes came when Stephane and I decided to play free to see what we came up with,” Terrasson says. Cases in point: “Fun Keys,” which breaks from the balladic framework with free-spirited flips and tumbles, and a sweet and old-timey take on Stephane Grappelli’s “Les Valseuses.”

As for the duo’s launch into Wonder’s “You Are the Sunshine of My Life,” the song is unrecognizable because of the reharmonization. Terrasson laughs and says, “It’s like everything I do. Whether it’s a tune by Stevie or Monk, you make it your own, otherwise why bother?”

Originally slated to be titled Twin Spirit, Terrasson, Belmondo and co-producer (and label head) Jean-Philippe Allard agreed that the recording should be titled after the pianist’s spare and sober tune “Mother.” The reason? Jacky’s mother passed away on June 4, shortly after the album’s production. “We decided to pay tribute to her,” Terrasson says. “This is a powerful take. I originally wrote this song a while ago and it’s dedicated to my mom and all the moms and all the women who can’t be moms, All the ones who want to be moms, to all the mothers”.